Menu
Créer un contenu
patentvip.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?

News business
Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?
PC ONE
Partager sur :

Dévoilé par Microsoft le 28 février 2017, puis lancé un peu partout dans le monde à partir du mois de juin de la même année, le Xbox Game Pass est un service d'un nouveau genre, sur lequel Microsoft semble beaucoup compter. Ce Netflix du jeu vidéo prend de l'ampleur puisque hier Microsoft a annoncé qu'à l'avenir, les prochains titres signés Microsoft Studios rejoindraient directement le catalogue du Game Pass. Le signe avant-coureur d'une industrie en pleine mutation ?

Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?
Phil Spencer, patron du gaming chez Microsoft.

C'est en juin dernier que Xbox a lancé son Game Pass, d'abord dans une phase de bêta avant qu'il soit déployé petit à petit, à l'échelle mondiale. Aujourd'hui, selon le constructeur américain, ce ne sont pas moins de 40 pays qui y ont accès et à en croire Phil Spencer, la liste devrait continuer à s'élargir. Le principe du Xbox Game Pass est simple : moyennant 9,99€, le joueur a accès à tout un catalogue de jeux (plus de 150 aux moments où ces mots sont rédigés), dont il peut profiter le temps que dure son abonnement. Pas de streaming ici, mais du téléchargement en dur, ce qui garantit à celles et ceux qui n'ont pas la chance de jouir d'une connexion internet très haut débit de jouer dans des conditions acceptables. Si nous ne connaissons pas à ce jour les chiffres exacts du nombre d'abonnés, le patron de Xbox, qui a récemment gagné son fauteuil au conseil administratif de Microsoft, semble plutôt optimiste. Dans un message posté sur le site Xbox Wire, Spencer affirme que ses équipes ont été « estomaquées par les retours des joueurs ». Signe du succès du Pass, celui-ci évolue sensiblement puisque les prochains jeux issus des studios Microsoft rejoindront directement le catalogue. C'est ce qu'a annoncé Spencer dans le même message, avant de citer les exemples de Sea of Thieves, à paraître le 20 mars prochain, ou encore State of Decay 2 et Crackdown 3. Les grandes licences de Xbox devraient également être touchées, comme Halo, Gears of War ou Forza ; un nouvel épisode du spin-of Forza Horizon est d'ailleurs attendu pour cette fin d'année, et pourrait donc être concerné.

Quel public ?


Si cette nouvelle est particulièrement intéressante, l'on est en droit de se demander qui vise le Xbox Game Pass. Le catalogue actuel est attractif mais est largement rempli de titres datés ; le joueur plutôt investi s'en détournera donc assez logiquement, puisqu'il cherchera surtout à découvrir les dernières nouveautés. Le plus grand public, en revanche, semble mieux correspondre au cœur de cible de Xbox. Nombreux sont les joueurs qui n'achètent que quelques jeux par an et qui peuvent trouver un véritable intérêt à ce Game Pass, car celui-ci leur permet d'accéder, pour quelques euros, à un joli catalogue de titres qu'ils ont probablement ratés ces dernières années. Il suffit de faire défiler la liste des jeux disponibles dans l'application Xbox dédiée : on peut trouver Bayonetta, Dead Rising 3, DmC Devil May Cry Definitive Edition, Gears of War 4, Halo 5 : Guardians, Mass Effect... Des jeux vers lesquels ce public ne se serait peut-être pas tourné, s'ils avaient fallu payer 60€ pièce. Mais à 9,99€ par mois, ces mêmes joueurs auront sans doute moins peur de tenter l'aventure et pourraient découvrir quelques sacrées pépites.

Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?

Avec le Game Pass, Xbox met en place un service adapté à celles et ceux qui veulent jouer un peu, de temps à temps, à quelques jeux. Ajoutez à cela les titres gratuits "offerts" aux abonnés Xbox Live, vous avez là de quoi fidéliser et donc tirer d'importants revenus d'une énorme partie du public : pour environ 15€ par mois, n'importe quel gamer a ainsi accès à une foultitude de jeux, et à l'un des meilleurs services de jeux en ligne du moment. Plutôt séduisant.

Mais en améliorant son offre, et donc en incluant plus de nouveaux jeux à son catalogue Game Pass, Microsoft fait également un appel du pied aux gamers plus assidus : pour quelques euros seulement, ils pourront jouer en day-one à Sea of Thieves, l'une des grosses exclusivités Xbox de 2018, dans les mêmes conditions que ceux qui auront payé le jeu plein pot, à 60€... tout en ayant accès à d'autres titres. Bien entendu, les jeux comme celui de Rare, ou les futurs Halo et autre Forza sont des jeux qui vivent sur le long terme et dans ce genre de cas, le Game Pass est sans doute moins intéressant. Mais tout de même.

Se différencier de la concurrence

Surtout, avec le Game Pass, Xbox propose un service semblable à nul autre dans l'industrie. PlayStation a bien son PS Now, qui permet de jouer en streaming à un catalogue plutôt conséquent de jeux PS3, et de quelques jeux PS4, mais le prix est plus élevé (16€ par mois) et puisqu'il repose sur le streaming, tout le monde n'en profite pas dans les mêmes conditions. De son côté, Xbox peut compter sur le savoir-faire de Microsoft, qui jouit ici d'une longue expérience et de connaissances techniques qui lui sont enviées par de nombreuses grandes entreprises high-tech.

Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?

Ce service, ni Nintendo, ni même Sony, ne peuvent le proposer, en tout cas pas dans l'immédiat. Le Game Pass puise dans le savoir-faire de Microsoft, et permet de faire la promotion d'autres produits de la firme, comme Azure, sa plate-forme cloud. Lancé début 2010, Azure est rapidement devenu l'un des leviers majeurs du business de Microsoft : sur le premier trimestre de l'année fiscale 2018 de la firme de Redmond, le cloud générait quelque 20 milliards de dollars. Soit la majeure partie des revenus de l'entreprise sur la période, annoncés à 24,5 milliards dans le rapport financier fourni par Microsoft. Cette publicité n'est pas destinée aux joueurs, bien entendu, mais à tous les professionnels de l'industrie du jeu vidéo, ou d'en dehors. Si un service comme le Game Pass de la division Xbox fonctionne, c'est tout le business de Microsoft qui en profite.

Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?
PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUND

Une stratégie plus globale, donc, probablement inspirée par la position particulière dans laquelle se trouve actuellement Xbox. La PlayStation 4 domine complètement la génération de consoles actuelle et Xbox a dû adapter ses plans ; si l'on en croit les récentes déclarations de Phil Spencer, les choses sont appelées à évoluer dans les mois et années à venir, mais dans l'état actuel des choses, Xbox investit peu dans les exclusivités, faute d'intérêt. Plutôt que de signer des chèques pour aligner les grosses exclusivités dans une guerre des consoles perdue depuis des années, Spencer préfère soigner l'image de la marque auprès de son audience, qu'il soit un fan hardcore de la marque au X vert, ou le plus grand public. Manettes Elite, consoles haut de gamme, programme Xbox Play Anywhere, Game Pass... Il faut toucher tous les gamers avec des produits qui répondent à la façon de jouer de chacun. Et forcément, si cela peut attirer de nouveaux clients, c'est encore mieux. De nouveaux joueurs, qui ont peut-être craqué, en fin d'année dernière, pour une Xbox One S vendue à tout petit prix, pour jouer à PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUNDS, une exclu temporaire d'importance obtenue par Xbox, et qui a stimulé les ventes de consoles, notamment aux USA. Au mois de décembre dernier, il s'est vendu plus de Xbox One que de PlayStation 4 au pays de l'oncle Sam, un fait assez rare pour être signalé, et auquel le jeu de Bluehole et le plan marketing de Xbox ne sont probablement pas étrangers.

La grogne des boutiques spécialisées

Mais si la décision de Xbox est plutôt user-friendly et va dans le sens du consommateur, d'autres pourraient trouver à y redire. Et notamment les boutiques spécialisées, qui peuvent redouter des répercutions sur les ventes de jeux, et surtout, à terme, l'asphyxie du secteur de l'occasion, qui leur rapporte tant. Un joueur qui peut essayer, pour 9,99€ par mois une vaste quantité de jeux dématérialisés, c'est un joueur qui ne viendra pas revendre les jeux dont il ne veut plus, ou qui l'ont déçu. Et forcément, les réactions n'ont pas tardé : ainsi, en Autriche, c'est Gameware KG, qui édite le site de vente en ligne Gameware.at, qui a annoncé aujourd'hui qu'il ne vendrait plus de consoles et de jeux Xbox One. « S'ils veulent faire des affaires seuls, qu'ils fassent le travail seul » estime un représentant de Gameware, des propos relayés par Xboxygen.

Bien entendu, Microsoft est conscient que leur décision peut affaiblir le business des revendeurs de jeux vidéo, ce qui n'est en fait pas dans leur intérêt : ces boutiques pèsent lourd, très lourd, dans le business et si jamais elles venaient à disparaître, c'est le chiffre d' affaire de toute l'industrie du jeu vidéo qui en pâtirait. Pas question de se fâcher avec ces partenaires commerciaux, en somme. Voilà pourquoi Phil Spencer a donc tenu à préciser que Xbox travaillait main dans la main avec GameStop, le plus gros retailer des Etats-Unis, qui proposera bientôt une carte prépayée Xbox Game Pass d'une valeur de 59,99$. Cette carte donnera ainsi accès à six mois d'abonnement. Si l'on en croit le message de Spencer, d'autres boutiques devraient dans un avenir proche proposer également cette carte prépayée, qui pourrait s'avérer extrêmement rentables pour les boutiques physiques, comme Micromania. Rappelons d'ailleurs que l'enseigne française appartient à GameStop, et l'on ne serait pas étonné si le leader français de la vente de jeu vidéo mettait rapidement en rayon la carte en question.

Une industrie en pleine évolution

Le Xbox Game Pass évolue : quels enjeux pour Microsoft ?
Blade présente Shadow comme « le PC du futur ».

Outre ces considérations purement financières, il faut également garder en tête qu'une entreprise comme Microsoft doit constamment innover et imaginer ce à quoi pourrait ressembler l'avenir, afin de lancer la conception et la production de nouveaux produits en amont. Depuis quelques années, Spotify et Netflix ont explosé et les usages changent. La musique, le cinéma, la télévision sont impactés. Le jeu vidéo n'y échappera pas. Si nous avions déjà discuté des potentiels obstacles au tout dématérialisé, l'échiquier se met déjà en place. Ainsi, la start-up française Blade a décidé de parier sur le cloud computing et lance Shadow, grâce auquel il est possible de jouer, via streaming, à des jeux installés sur un PC haut de gamme installé à l'autre bout du monde ; Shadow existe également sous la forme d'une application Android ou iOS qui vous permet de jouer à vos jeux PC, sur votre téléphone. Sur le papier, la technologie est particulièrement impressionnante et les premiers retours critiques sont globalement très positifs ; dans le même ordre d'idée, une autre start-up française, Blacknut, a lancé lundi son propre service de jeux en streaming. Le catalogue est plus restreint que celui de Shadow mais le tarif est plus abordable (14,99€ par mois, contre 29,95€ pour Shadow, sans compter le boiter proposé à 7,95€), et surtout, la cible n'est pas tout à fait la même. Cité dans un article du Figaro publié il y a quelques jours, Olivier Avaro, PDG de Blacknut, explique que la start-up n'est pas « à la recherche du dernier blockbuster » et cible « le même type de public que celui qui a découvert le jeu vidéo avec la Wii ». Si la ligne éditoriale varie, les intentions sont les mêmes.

Microsoft, spécialiste du service, ne peut assurément pas louper un tel changement et compte bien prendre le train en gare, plutôt qu'en marche. Si le Game Pass ne fonctionne pas sur le principe du jeu en streaming, il repose sur la même logique d'abonnement mensuel, une pratique de plus en plus courante, complètement acceptée et assimilée par les consommateurs. Reste à voir si Xbox saura enrichir le catalogue de son Game Pass et le rendre attractif pour le plus grand nombre. Rappelons toutefois qu'en France, le jeu vidéo physique reste largement majoritaire et il faudra probablement bien des années avant que cette révolution qui pointe au loin ne deviennne une réalité.

Profil de Epyon,  patentvip.com
PC Xbox One Microsoft

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Pseudo supprimé
le 27 janv. à 04:34

Je sais pas ce qu'il en sera pour le futur mais personnellement je trouve que le numérique et le physique devraient être complémentaires ! Avoir toujours la possibilité d'avoir les deux est important je trouve ! Par contre, uniquement du numérique, je suis franchement contre ! J'espère que le futur du jeu vidéo n'ira pas que dans ce sens ! Maintenant ce que je vais dire est sans doute de la science fiction, une hypothèse etc mais.... Imaginons juste pour le délire que demain plus personne n'a accès à internet et cela pendant longtemps, comment ferions nous pour jouer à nos jeux vidéo si les versions physiques n'existent plus? C'est pour ça que les deux façons de consommer du jeu vidéo doivent être absolument complémentaires pour... Avancer dans l'harmonie je dirais 🤔😅

Lire la suite...
Urleur
Urleur
MP
le 26 janv. à 16:33

pour ceux qui veulent essayé un jeux, finir en quelque jours ou autres, c'est un excellent plan, faut voir le catalogue.

Lire la suite...
darckenside
darckenside
MP
le 26 janv. à 13:38

Tant que cette offre reste complémentaire, je ne vois pas ou est le problème.
De plus cela avantage beaucoup les joueurs. :play:

La retro, play anywhere, game pass, cross pf, les jeux gold offert, on ne pas dire qu'il n'y a aucun service envers les joueurs...

Lire la suite...
alcapone95
alcapone95
MP
le 26 janv. à 13:33

Joueur ps4,jenvi le xbox game pass et je suis content pour eux (xbox) car le service propose plein de jeu,nes pas en conséquence avec le débit internet et surtout...9 euros 90....

Sur ps4 ....17 euros par mois ?? Franchement Sony devrait avoir honte d’escroquer les gens.
Jai fair les 7 jours d’essai gratuit,et basta.

Lire la suite...
suny49
suny49
MP
le 26 janv. à 12:20

un peux inquietant qmme pour l industrie du jeux video. c est pas cool le demat mai bon encore signé crosoft et leur xbox qui decolle pas .Ils vont finir par tout pourrir l indus du jvideo eux... :non2:

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 26 janv. à 11:34

Ça m'inquiète un peu quand même ! Car ce genre de pratiques dévoilent une réalité ! On veut faire disparaître les boutiques ainsi que les jeux en version physique ! Que les jeux en boîte disparaissent, ça me réjouis pas du tout ! Autre point que je n'ai pas saisi, qu'en sera t'il des éditeurs et développeurs ? Leurs jeux seront disponibles pour moins de dix euros, comment vont-ils renflouer leurs caisses ? De plus il y aura pas réellement de vente du jeu, comment ils vont chiffrer les ventes de jeux ainsi ? Quand on télécharger un jeu, c'est de la location ou on peut garder le jeu pour toujours ? J'espère que ce virage de la détresse mené par un Microsoft qui tente le tout pour le tout, pour espérer revenir dans la course, ne vas pas faire des dégâts irréversibles dans l'industrie du jeu vidéo ! En faite, ça me fait peur s'ils réussissent leur coup car les autres constructeurs se sentiraient peut-être obligés de faire pareil ! Et ça, ça me fait peur, personnellement c'est pas comme ça que je voyais l'évolution future pour le jeu vidéo !

Lire la suite...
AcideSoporifike
AcideSoporifike
MP
le 26 janv. à 11:22

Article complet avec des perspectives intéressantes.

Si j'avais encore le temps de jouer, cette offre me conviendrait parfaitement.
Trop de bons jeux à faire mais pas assez d'argent pour tous les acheter (même en occasion). A ce prix-là, c'est 150 jeux disponibles et le chiffre ne va faire qu'augmenter.
C'est exactement comme prendre un abo Spotify/Deezer... ou acheter chaque album. Y a de sacrées économies.

Lire la suite...
alexanima
alexanima
MP
le 26 janv. à 11:19

C'est bien beau tout ça mais les DLC seront toujours payant et avec se système il vont multiplier les DLC et doubler les prix pour compense les pertes !

Lire la suite...
Mortemvivit2
Mortemvivit2
MP
le 26 janv. à 10:58

De la location, non merci

Lire la suite...
MorcarFree
MorcarFree
MP
le 26 janv. à 09:44

Les joueurs occasionnels qui n'achètent que quelques jeux par moi et mettraient 120 € par an dans cet abonnement se feraient bien avoir. A ce tarif là, c'est au moins 4 jeux que je m'achète en physique, avec possibilité de le revendre d'occasion ensuite.

Lire la suite...
Top commentaires
Schounis4
Schounis4
MP
le 25 janv. à 17:02

Cimer Epyon de t'intéresser à MS et de nous faire des articles de qualité en étant objectif avec une touche de subjectivité.

Lire la suite...
hunteurxhunter
hunteurxhunter
MP
le 25 janv. à 16:48

Je trouve que même pour les plus gros joueurs, ce game pass est intéressant.
Si on compte le prix des exclus qui vont sortir cette année (State of Decay 2, Sea of thieves, Crackdown 3, Forza Horizon 4) et même celles qui n’ont pas encore été annoncées :
4 x 70 = 280€
Tandis qu’avec ce pass sachant que ces jeux se jouent sur la durée, exemple avec sea of thieves qui sera mis à jour avec les temps :
12 x 10 = 120€

Il n’y a même plus à se poser la question, ce pass est vraiment l’outil du Gamer !

Lire la suite...
Boutique
  • Console Nintendo Switch avec Joy-Con - rouge néon/bleu néon
    292.49 €
  • FIFA 19
    64.95 €
  • Marvel's Spider-Man
    58.99 €
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Kingdom Hearts III
    PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Diablo Immortal
    IOS - ANDROID
    Vidéo - Bande-annonce
patentvip.com